“Kristel m’a conduite à Dieu…”

Marie-Joëlle a accompagné sa fille Kristel, lourdement handicapée, jusqu’à sa mort. En relisant cette douloureuse épreuve, cette courageuse maman a reconnu la présence aimante et vivifiante de Dieu à leurs côtés. Témoignage.

MA FILLE KRISTEL EST NÉE AVEC UNE MALADIE appelée le « Syndrome Pierre Robin » qui a été éprouvante jusqu’à son décès à 18 ans. A peine née elle ne pouvait pas vivre sans aide. Son cœur ne battait pas normalement, sa langue obstruait l’œsophage et sa fente palatine n’était pas fermée. Ce fut un réel calvaire, rien ne fonctionnait. Elle a pleuré tant de fois ce corps blessé et douloureux. Pour la soigner on la sondait, on la piquait, prélèvement d’un morceau de son muscle…

Et le plus dur était la canule qui lui faisait très mal lors du changement de sa couche, les pieds en l’air. Pendant deux ans Kristel a été stimulée, forçant la nature à faire son travail, à redresser ce qu’elle ne pouvait pas faire. Moi, sa maman, qui étais tous les jours à ses côtés, j’étais désarmée, anéantie par autant de douleurs, et quand cela était possible je la prenais dans mes bras pour essayer de la soulager lui dire et redire que je l’aimais.

Moi, sa maman qui était tous les jours à ses côtés,
je la prenais dans mes bras pour essayer
de la soulager lui dire et redire que je l’aimais.»

Puis il a fallu qu’elle apprenne à être debout, à stimuler ses réflexes, à porter son attention sur un objet. Elle était sans réaction ne sachant pas communiquer avec les infirmières. Et après de nombreuses opérations dont la fermeture du palais, elle est partie dans un centre à Vernon.

Moi, à ses côtés, toujours espérant nous retrouver un jour ensemble, en famille, avec sa sœur et son frère, je ne pouvais pas céder au désespoir, j’étais sa mère, elle était ma fille et je l’aurais suivie jusqu’au bout du monde. J’aurais tant voulu qu’elle me dise « je t’aime maman ».

A Vernon rien n’était médicalisé ou presque, tout était plaisir et avec une équipe formidable. Kristel, petit à petit, a appris la tranquillité, les bains, les sorties, les jeux, elle a appris à se servir d’un fauteuil roulant et c’est avec celui-ci qu’elle a eu un accident mortel. Elle est partie vers un autre monde, celui du Ciel.

Je ne pouvais pas céder au désespoir,
j’étais sa mère, elle était ma fille et je l’aurais suivie
jusqu’au bout du monde.

Deux ans après le décès de ma fille des questions me taraudaient. Mais le fait qu’elle ne soit plus là m’a ouverte à d’autres pensées plus grandes. Ces pensées ont envahi mon esprit et j’ai cherché quoi en faire.

Que dire de tout ce bouleversement ? Quelle route prendre ? Que vais-je faire de tout ce vécu ? Toutes ces questions fourmillent et des changements s’opèrent en moi ; la volonté de vivre dans une autre harmonie, de retrouver de l’équilibre dans ma vie de tous les jours.

De l’épreuve que nous avons vécue Kristel et moi,
de cet enfer, a jailli un renouveau.

De l’épreuve que nous avons vécue Kristel et moi, de cet enfer, a jailli un renouveau. Et ce renouveau m’a menée vers le Seigneur, je ne voyais pas d’autre direction. C’était la meilleure. Je pense que le Seigneur m’a accompagnée, qu’Il m’a portée, m’a donné la force nécessaire et le courage de persévérer au côté de ma fille pour ne pas sombrer. Je Lui rends grâce de la force qu’il m’a donnée. Toute petite déjà j’étais attirée par tout ce que je pouvais voir dans la vitrine de la bibliothèque paroissiale.

Mais malgré mon désir je n’étais jamais allée au catéchisme, mes parents n’étaient pas d’accord, ils préféraient laisser les enfants choisir, mais j’avais en moi ce besoin. Je me suis présentée aux prêtres et aux bénévoles de la paroisse. J’y ai rencontré des gens chaleureux, bienveillants, ma marraine, Fabienne, et avec eux tous, j’ai cheminé vers mon baptême.

A la paroisse, jai rencontré des gens chaleureux, bienveillants, ma marraine, Fabienne…
Et avec eux tous, j’ai cheminé vers mon baptême.

Le Seigneur m’a entourée de personnes formidables pour redonner un sens à ma vie. Il fallait que je finalise cette victoire contre la mort avec Lui et en Lui. Renaître de mes cendres pour une juste vie vers sa lumière. Son amour est sur moi, je marche, je respire avec Lui. Il m’a libérée de mon passé pour ne voir que l’avenir. Avec Lui je m’engage auprès des plus faibles, je témoigne de son indéfectible amour, je relis ma vie à la lumière de l’Evangile. Ma vie commence.

Témoignage de Marie-Joëlle, 
Membre du Service Evangélique des maldades à Ermont, 
de la PPH (Pastorale des Personnes Handicapées), 
 et de PTM (Partage Tiers-Monde).
Novembre 2020

 
CONTACT

Service du Handicap
Tél. : 01 30 38 34 24
handicap@catholique95.fr

VOUS SOUHAITEZ ÊTRE SOUTENUS
DANS VOTRE HANDICAP ?

Être soutenu dans son handicap

L’Eglise catholique du Val-d’Oise veut vivre un réel compagnonnage avec les personnes porteuses de handicap et avec leurs familles. Leur inclusion dans l’Eglise et dans la société est une priorité.

► Plus d’information ici.


EN LIEN AVEC CET ARTICLE