André, militant :
parcours d’un croyant

André vit dans le Val-d’Oise. Il est en situation de pauvreté. Pour nous, il revient sur son parcours de foi, fait de rencontres et de courage. Témoignage. 

Il y a treize ans, je n‘étais pas croyant du tout. Étant à la rue, j’ai fait la connaissance d’une amie à ATD Quart Monde, une femme qui était croyante. 

Avec elle, j’ai fait la connaissance de Sœur Marie, qui habitait avec sa communauté, les Ancelles du Sacré-Cœur. Elle avait fondé l’association Raphaëlle Marie du nom de leur fondatrice. 

Cela m’a fait un déclic. 

J’ai appris que je n’étais pas baptisé.
Ça m’a choqué et j’ai voulu être baptisé. 

Je me suis marié à la mairie de Saint Ouen l’Aumône. J’ai voulu me marier à l’église. J’ai appris que je n’étais pas baptisé. Ça m’a choqué et j’ai voulu être baptisé.

J’ai été baptisé à l’église de Saint Ouen l’Aumône par le diacre Jean-Pierre Hottois en 2008. Ma femme est ma marraine, et, avec elle, la seule présence de mes deux filles était le seul public. 

Puis deux ou trois ans après, j’ai discuté avec ma femme et les Ancelles du Sacré-Cœur, dont Sœur Sabine, pour faire ma communion. J’ai été formé par une religieuse venue d’Espagne, Sœur Julia, pendant un an et j’ai fait ma communion à l’église de Saint Ouen l’Aumône. 

Deux ans après, j’ai décidé de faire ma confirmation et Sœur Sabine m’a formé et j’ai fait ma confirmation à l’église Frédéric Ozanam par MgStanislas Lalanne en 2011. Michel a été mon parrain. Nous étions plus de 100 personnes à se confirmer ce jour-là. 

Depuis, je ne bois plus et je fais ma prière
dès que je me lève le matin.
 

J’ai vécu à la rue avec ma femme pendant un an avant d’avoir un appartement. Je n’ai pas baissé les bras et j’ai continué à travailler pour l’appartement. Si j’avais suivi les SDF, j’aurais bu du matin au soir, mais je ne voulais pas et c’est pour cela que j’ai arrêté l’alcool. 

Les SDF, ils vivent avec l’alcool du matin au soir. Ils tapent la manche pour acheter de l’alcool. Une bouteille de mousseux est aussi chère qu’un paquet de pâtes et même du pain. 

André 
Février 2021 

 

Pour soutenir les plus pauvres


Se faire proche et prendre soin des personnes victimes de la pauvreté dans le déparement du Val-d’Oise est une grande priorité de l’Eglise catholique.
Pour soutenir ses actions, faites un don !

André, et les autres…

Dans son exhortation “Saisis par la charité”, Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, appelle les catholiques du Val-d’Oise à donner ” une place prioritaire aux malades, aux personnes isolées ou en fragilité…” Dans cette vidéo, André, avec d’autres, évoquent les mains qui se sont tendues vers eux…

EN LIEN AVEC CET ARTICLE