Qu’est-ce que la “vocation” ?

Le mot « vocation » est un terme qu’on utilise souvent dans la spiritualité chrétienne. Cependant, il n’est pas toujours facile à comprendre. Voici quelques éléments de réponse aux questions les plus fréquentes concernant la vocation.

Que veut dire le mot « vocation » ?

Ce mot vient du verbe latin « vocare » qui veut tout simplement dire « appeler ». Découvrir notre « vocation », c’est découvrir comment et où Dieu nous appelle à servir. Ce terme désigne en général les grands choix de vies : le mariage, la vie religieuse, la vie de prêtre, un métier ou un service particulier. Dans une acception plus restreinte, on parle de « vocation » pour exprimer un appel spécifique à une vie consacrée : un appel à devenir prêtre, moine ou religieux.

Sommes-nous tous concernés par la vocation ?

Au sens large, nous sommes absolument tous appelés par Dieu. En effet, Dieu désire avoir une relation personnelle avec chacun afin de lui proposer une vie nouvelle : une vie grande et belle, qui réponde à nos aspirations les plus profondes.

Dès lors, et c’est une bonne nouvelle, nous ne sommes pas sur cette terre par hasard. Dieu a une mission pour chacun au service de la construction de son Royaume et au service de nos frères. Certains sont appelés à devenir des époux chrétiens, dans tel métier ou dans tel autres. D’autres reçoivent un appel plus spécifique : celui d’être prêtre, religieux ou religieuse.

Découvrir notre “vocation”, c’est découvrir comment et où Dieu nous appelle à servir.

Dieu nous impose-t-il donc un destin ?

Comme le mot « vocation » le sous-entend, Dieu n’impose pas un destin tout tracé, dans lequel l’homme n’aurait pas son mot à dire. Il s’agit plutôt d’une invitation à laquelle il nous demande de répondre librement, amoureusement. Si l’homme choisi un autre chemin, Dieu peut insister, mais aussi parfois s’adapter, ainsi qu’il le montre de nombreuses fois dans la Bible.

Devrions-nous répondre positivement à cet appel ?

Dieu nous crée à chaque instant, et il nous connait chacun tel que nous sommes. Il nous a aussi montré jusqu’à quel point il nous aimait. Partant de là, nous avons l’assurance que Dieu nous appelle à ce qu’il y a de meilleur pour nous et pour les autres. De toute évidence, il n’y a aucun intérêt à lui répondre « non ». Parfois il est vrai, certains ont peur de l’appel de Dieu… mais ils semblent oublier que Dieu veut pour nous ce qui nous correspond le mieux, ce qui nous fera le plus grandir en liberté.

Comme le mot “vocation” le sous-entend, Dieu n’impose pas un destin tout tracé, dans lequel l’homme n’aurait pas son mot à dire.

Comment faire pour savoir à quoi Dieu nous appelle ?

Découvrir à quoi Dieu nous appelle, cela s’appelle le discernement vocationnel. Pour discerner avec soin, la spiritualité chrétienne nous propose d’en prendre les moyens. Voici quelques pistes :

  1. Le premier moyen, c’est de choisir de mettre l’amour de Dieu et du prochain au cœur de notre vie présente et future.
  2. Le second moyen, c’est d’écouter son cœur. En relisant sa vie sous l’action de l’Esprit-Saint, nous pouvons nous poser ce type de questions : à quelle occasion avons-nous été profondément heureux ? dans quelle activité nous sommes-nous sentis à notre place, ou dans une paix profonde ? quelle situation nous tient particulièrement à cœur ? C’est souvent ainsi que Jésus nous fait comprendre dans quel type de vie il nous appelle à nous donner.
  3. Le troisième moyen, c’est de se faire accompagner par un prêtre ou par quelqu’un de formé, afin qu’il nous aide à y voir plus clair. Si quelqu’un devait sentir un appel à devenir prêtre, religieux ou religieuse, il pourrait aussi contacter le prêtre chargé des vocations sur le diocèse. Suivant les cas, ce dernier pourra par exemple proposer de rejoindre un petit groupe de jeune qui se réunissent régulièrement pour discerner l’appel à devenir prêtre.
  4. Le quatrième moyen, c’est une réponse confiante et généreuse, qui dépasse la peur de nos fragilités ou de l’avenir. Quand nous sommes dans les mains de Dieu, nous n’avons rien à craindre.

Devrions-nous prier pour les vocations ?

Il est de l’intérêt de tous que chacun découvre l’appel de Dieu et y réponde joyeusement. Mais ce n’est pas si simple, en particulier parce que la culture ambiante ne nous encourage pas à y être attentif. C’est ainsi que de tout temps, et aujourd’hui plus que jamais, les chrétiens prient pour que chacun s’intéresse à sa vocation, prenne les moyens de la discerner, et y réponde avec foi. À l’invitation de Jésus, nous prions pour que le Père envoie des ouvriers pour sa moisson.

Notre Dame de Pontoise, priez pour nous.

 

Abbé Martin de Hédouville,
Délégué épiscopal aux vocations. 
Mai 2021

Pour soutenir
les vocations


L’Eglise catholique en Val-d’Oise soutient les jeunes (et les moins jeunes) dans leur recherche de Dieu, elle met tout en oeuvre pour les aider à découvrir comment et où Dieu les appelle.
Pour soutenir les actions de l’Eglise, faites un don !
CONTACT

Père Martin de Hédouville
responsable du Service des vocations
m.dehedouville@gmail.com


EN LIEN AVEC CET ARTICLE