1911banniere_site_final.jpg

 

1911bouton web denier orange      

04/06/2020

2005ace

Solidaires A Garges, en plein confinement, les liens demeurent et la solidarité se fait inventive. Des nouvelles du club ACE (Action catholique de l’enfance) de Garges-les-Gonesse par le frère Bernard Bauffe.

 

Au début, aucune âme qui vive dehors ! Alors que d’habitude pour donner ou recevoir une info des enfants de l’ACE, il suffisait de faire 200 mètres dans la Cité, tous étant dehors la classe terminée. Cette fois la cité était comme morte ! du moins à l’extérieur des apparts !

J’ai tenté de prendre contact par téléphone ou par SnapShat pour certaines mais sans grands résultats ! J’ai quand même su que la plupart des enfants suivaient les consignes scolaires (soit par Internet ou à l’aide de documents imprimés remis au début par l’école).

Du coup, les projets en cours pour le jardin pédagogique du club avec les enfants sont tombés à l’eau ou du moins m’ont contraint à agir seul dans notre local, pour le repiquage en godets de 110 petits plants d’œillets d’Inde !

Mais ce 8 avril 2020, Dionisa (la maman de Michèle) vient spontanément m’aider à retourner la terre d’une plate-bande. Et la maman de Rokiatou passant par-là, se propose si j’ai besoin les jours suivants d’un coup de main.

Le 19 avril, Eulalie, qui a sa fille au Club depuis quelques mois et qui m’aide au Club, me dit par téléphone qu’elle en a marre, pas le moral… Je lui parle de notre jardin en plein chantier et elle se propose de venir le lendemain pour planter les pommes de terre.

Le 19 avril aussi, un voisin de palier me demande ce que je plante car il est en arrêt de travail et la nature lui manque. Il s’offre pour un coup de main si j’ai besoin…

22 avril : un Turc de la cité me voit arroser et me demande si je serai intéressé par des graines de courge, qu’il déposera le lendemain dans le potager.

Eulalie me téléphone pour savoir si je connais quelqu’un qui aurait une machine à coudre pour faire des masques. Et depuis, je sais qu’elle en a fait 40 pour ses proches et une association avec laquelle elle fait de temps en temps des maraudes sur Paris.

 

Si bien que notre point d’eau, un peu comme dans tous les villages d’Afrique, devint en un instant un temps de rencontre, d’échange et de solidarité.

 

23 avril : Dionisa (maman de Michèle) vient m’aider aux plantations du Jardin Floral avec sa fille. Mariétou (maman de Rokia) se propose à 20h pour aider à l’arrosage avec le tuyau…

Sur ces entrefaites arrive Dionisa pour aider aussi à l’arrosage et la conversation s’enchaîne sur le Covid, les ados de leur cage d’escalier, le jardin qu’elles ont « au pays » en Afrique. L’amour du travail de la terre…

Et s’y ajoute la maman des Sidibe qui passait par là aussi. Étaient ainsi représentés : Mauritanie, Mali et Sénégal.

Si bien que notre point d’eau, un peu comme dans tous les villages d’Afrique, devint en un instant un temps de rencontre, d’échange et de solidarité. (Comment ne pas penser au Puits de la Samaritaine !)

Le lendemain, Dionisa me dit : « Mais je pourrais peut-être venir vous aider au club le samedi !» Dieu soit loué !

Le 27 avril : Dionisa et sa fille Michèle m’aident aux plantations florales et au potager pour les haricots. Le jardin pédagogique cheminerait-il vers un jardin partagé et familial… ? 

 

Le confinement aura permis de mieux connaître les mamans des enfants, grâce à du temps gratuit et leur disponibilité assez rare habituellement.

 

Le confinement aura permis de mieux connaître les mamans des enfants, grâce à du temps gratuit et leur disponibilité assez rare habituellement. Au moment où le confinement aurait pu entraîner la solitude et l’absence de forces vives pour le jardin en plein printemps, voici le renfort des mamans !

Par le téléphone et des croisements sur la cité, j’ai réussi à savoir que tous les enfants avaient, soit du travail scolaire par Internet ou en allant au Centre Social sur les ordinateurs (les 3 Sidibe). Deux enfants sont venues prendre des livres à la bibliothèque du Club.

J’avais donné les coordonnées du Net pour l’éveil à la Foi (Théobule) à Eulalie pour sa fille Chloé (6 ans) qui devrait être baptisée fin mai… Elle en est ravie et suit tous les épisodes de l’Evangile, les prises de paroles d’enfants de son âge, fait les dessins suggérés par le site…

Finalement, il y a du bon dans ce temps de confinement… ! Et comme dit l’ACE : « Plus fort ensemble » !

Frère Bernard BAUFFE
Avril 2020

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

bouton evangile

trois evangiles audio

bouton accueil

bouton emploi

bouton facebook

je donne col gauche

2005LGS bouton

bouton family2

 

 

cal evenement

Dans le diocèse de Pontoise,
tous les événements (célébrations, rencontres, formations, pèlerinages...) sont annulés jusqu'à nouvel ordre.

Meryemana : Une année pour les femmes à Saint Leu