bandeau denier avent2020

15/01/2021

Sanctifier le dimanche Dans la série Sanctifier le dimanche, cinquième vidéo avec Don Thibault Lambert, prêtre à Sarcelles et responsable diocésain de la pastorale des jeunes et des vocations, qui nous parle du dimanche comme jour de communion et de la manière dont le dimanche nous relie avec Dieu et entre nous...

 

Voir toutes les vidéos de la série Sanctifier le dimanche.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Eucharistie :

Sacramentum caritatis, le sacrement de l’amouren particulier les n°1, 2, 8, 14, 30 et toute la deuxième partie : un mystère à célébrer, avec, en particulier les n°36, 44 et 66 : 
44. Avant tout, il est nécessaire de réfléchir à l'unité intrinsèque du rite de la Messe. Il convient d'éviter que, dans les catéchèses ou dans les modalités de la célébration, on laisse paraître une vision juxtaposée des deux parties du rite. Liturgie de la Parole et liturgie eucharistique – mis à part les rites d'introduction et de conclusion – « sont si étroitement liées entre elles qu'elles forment un acte unique du culte ». (132) En effet, il existe un lien intrinsèque entre la Parole de Dieu et l'Eucharistie. En écoutant la Parole de Dieu, la foi naît ou se renforce (cf. Rm 10, 17); dans l'Eucharistie, le Verbe fait chair se donne à nous comme nourriture spirituelle. (133) Ainsi, « des deux tables de la Parole de Dieu et du Corps du Christ, l'Église reçoit et offre aux fidèles le Pain de vie ». (134) Par conséquent, on doit constamment garder à l'esprit que la Parole de Dieu, lue par l'Église et annoncée dans la liturgie, conduit à l'Eucharistie comme à sa fin naturelle.

Livre Le festin de l’Agneau : l'Eucharistie, le ciel sur la terre de Scott HAHN

Pour creuser et comprendre les racines juives de l’eucharistie

Dies domini, le jour du Seigneur, chap. III, en particulier "Repas pascal et rencontre fraternelle"
44. Cette qualité communautaire s'exprime aussi spécialement dans le caractère de repas pascal propre à l'Eucharistie, où le Christ lui-même se fait nourriture. En effet, « à cette fin, le Christ a confié ce sacrifice à l'Église pour que les fidèles y participent, et spirituellement par la foi et la charité, et sacramentellement par le banquet de la sainte communion. La participation à la Cène du Seigneur est toujours de fait la communion au Christ s'offrant au Père pour nous en sacrifice ».(72) C'est pourquoi l'Église recommande aux fidèles de communier lorsqu'ils participent à l'Eucharistie, pourvu qu'ils soient dans les dispositions voulues et, s'ils ont conscience de péchés graves, qu'ils aient reçu le pardon de Dieu dans le sacrement de la Réconciliation,(73) dans l'esprit de ce que saint Paul rappelait à la communauté de Corinthe (cf. 1 Co 11,27-32). Évidemment, l'invitation à la communion eucharistique se fait particulièrement pressante à l'occasion de la Messe du dimanche et des autres jours de fête.
Il importe en outre de prendre pleinement conscience de ce que la communion avec le Christ est profondément liée à la communion fraternelle. Le rassemblement eucharistique dominical est un événement fraternel, que la célébration doit bien mettre en évidence, tout en respectant le style propre de l'action liturgique. Le service d'accueil et le ton de la prière, attentive aux besoins de toute la communauté, contribuent à cela. L'échange du signe de la paix, placé par le Rite romain de manière significative avant la communion eucharistique, est un geste particulièrement fort, que les fidèles sont invités à faire comme expression du consensus donné par le peuple de Dieu à tout ce qui est accompli dans la célébration,(74) et de l'engagement à l'amour mutuel que l'on prend en participant au pain unique, dans le souvenir de la parole exigeante du Christ: « Quand donc tu présentes ton offrande à l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis reviens, et alors présente ton offrande » (Mt 5,23-24).

Vatican II –  Sacrosanctum concilium (vatican.va) notamment les n° 2, n°10 et n°44

2. La liturgie dans le mystère de l’Église
En effet, la liturgie, par laquelle, surtout dans le divin sacrifice de l’Eucharistie, « s’exerce l’œuvre de notre rédemption », contribue au plus haut point à ce que les fidèles, en la vivant, expriment et manifestent aux autres le mystère du Christ et la nature authentique de la véritable Église. Car il appartient en propre à celle-ci d’être à la fois humaine et divine, visible et riche de réalités invisibles, fervente dans l’action et adonnée à la contemplation, présente dans le monde et cependant en chemin. Mais de telle sorte qu’en elle ce qui est humain est ordonné et soumis au divin ; ce qui est visible à l’invisible ; ce qui relève de l’action à la contemplation ; et ce qui est présent à la cité future que nous recherchons. Aussi, puisque la liturgie édifie chaque jour ceux qui sont au-dedans pour en faire un temple saint dans le Seigneur, une habitation de Dieu dans l’Esprit, jusqu’à la taille qui convient à la plénitude du Christ, c’est d’une façon admirable qu’elle fortifie leurs énergies pour leur faire proclamer le Christ, et ainsi elle montre l’Église à ceux qui sont dehors comme un signal levé sur les nations, sous lequel les enfants de Dieu dispersés se rassemblent dans l’unité jusqu’à ce qu’il y ait un seul bercail et un seul pasteur.

10. La liturgie, sommet et source de la vie de l’Église
Toutefois, la liturgie est le sommet vers lequel tend l’action de l’Église, et en même temps la source d’où découle toute sa vertu. Car les labeurs apostoliques visent à ce que tous, devenus enfants de Dieu par la foi et le baptême, se rassemblent, louent Dieu au milieu de l’Église, participent au sacrifice et mangent la Cène du Seigneur.
En retour, la liturgie elle-même pousse les fidèles rassasiés des « mystères de la Pâque » à n’avoir plus « qu’un seul cœur dans la piété » ; elle prie pour « qu’ils gardent dans leur vie ce qu’ils ont saisi par la foi » ; et le renouvellement dans l’Eucharistie de l’alliance du Seigneur avec les hommes attire et enflamme les fidèles à la charité pressante du Christ. C’est donc de la liturgie, et principalement de l’Eucharistie, comme d’une source, que la grâce découle en nous et qu’on obtient avec le maximum d’efficacité cette sanctification des hommes, et cette glorification de Dieu dans le Christ, que recherchent, comme leur fin, toutes les autres œuvres de l’Église.

► Prière de communion spirituelle de St Alphonse-Marie de Liguori (XVIII s)
« Mon Jésus, je crois à votre présence dans le Très Saint Sacrement.
Je vous aime plus que toute chose et je désire que vous veniez dans mon âme.
Je ne puis maintenant vous recevoir sacramentellement dans mon Cœur :
venez-y au moins spirituellement.
Je vous embrasse comme si vous étiez déjà venu, et je m'unis à vous tout entier.
Ne permettez pas que j'aie jamais le malheur de me séparer de vous »

 

Lectio divina

«En marche vers dimanche », Les quatre textes du dimanche commentés par Marie-Noëlle Thabut 
Ou Sur Radio-notre Dame : du mardi au vendredi à 6h08, rediffusion à 13h10

La lectio divina, comment faire ? Pour vivre quoi ?

Pour partager la Parole

Vendredi 4 décembre 2020

Ou Sur Radio-notre Dame : du mardi au vendredi : 6h08 rediffusion à 13h10

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

bouton evangile

bouton accueil

bouton emploi

bouton facebook

je donne col gauche

cal evenement

samedi 16 janvier
Confirmation

Confirmation des jeunes, à Sarcelles, présidée par Mgr Lalanne

dimanche 17 janvier
Récollection
Récollection pour les catéchistes et accompagnateurs du catéchuménat a...
lundi 18 janvier
Jeunes prêtres

Rencontre des jeunes prêtres avec Mgr Lalanne

mardi 19 janvier
Conseil presbytéral

Conseil presbytéral avec Mgr Lalanne.

 

cal formation

samedi 30 janvier
Consentir à la vulnérabilité
Pour tous Samedi 30 janvier de 9h30 à 17h à la paroisse Notre Dame d...