4b.jpg

Pèlerinage Les prêtres du diocèse accompagnent notre évêque, Mgr Lalanne, à la découverte de la Ville éternelle, et à la rencontre du Saint-Père ! Voici le récit de leur première journée à Rome.

 

Il paraît que tous les chemins mènent à Rome. Aujourd’hui, j’ai découvert trois portes qui mènent au cœur.

1/ La porte des yeux. La grisaille romaine de ce mois de novembre ne nous a pas empêchés de contempler les reliefs, la verdure et tout ce que la main humaine a pu faire pour donner à la Ville éternelle son si beau visage : pins parasols, dômes en tout genre, collines, obélisques, cirques. Ce beau visage s’est reflété sur le nôtre. J’ai été très sensible à la gaîté presque enfantine de ceux de nos frères qui venaient pour la première fois. Que de sourires !
2/ La porte des pieds. C’est par cette porte que sont entrés en nos cœurs nos ancêtres les Romains. Nos smartphones l’attestent : nous avons marché dix kilomètres, dont une bonne partie sur la Via Appia, longue route pavée qu’ont emprunté saint Pierre, saint Paul et de nombreux martyrs, avec lesquels nous partageons « une même histoire » (thème du jour).
3/ La porte des oreilles. C’est par cette porte que sont entrés tout à tour : les ronflements de mon voisin de chambre (c’est aussi cela la fraternité !), les boules Quies (parce que, quand-même, il y a des limites), l’écouteur de mon audiophone, l’instruction fraternelle de notre évêque pour ouvrir le pèlerinage (nous invitant à nous déplacer comme Abraham), les éruditions du père Édouard, l’homélie du père Guy-Emmanuel. J’ai, pour ma part, été touché par une remarque du père Martin à propos de la grande foi et de la confiance des saints apôtres Pierre et Paul arrivant sans rien dans cette mégalopole, avec pour ambition énorme d’annoncer le Christ. Quelle folie ! « Si nous avions le quart de leur foi »… nos paroisses seraient transformées !
Mais surtout, par cette porte des oreilles, nous avons reçu le matin les mots de saint Paul :
« Proclame la parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage toujours avec patience et souci d’instruire. » Et, dans l’après-midi, la mise en pratique de ces paroles, au mot près, par le Successeur de Pierre, qui nous a fait la joie de nous accorder une audience d’une heure !
Alors, si notre histoire commune s’enracine chez nos frères, les premiers chrétiens, il est clair que la rencontre d’aujourd’hui avec le Saint-Père offre à cette histoire une nouvelle page, et à notre presbyterium un nouveau lien de communion.

Novembre 2019

1.jpg

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter